Nous sommes l'habituel. PETA (People for Ethical Treatment of Animals) n'est pas nouveau pour ce type d'épidémie, mais la lecture est toujours un plaisir. Cette fois, après Cooking Mama, Pokémon et Farming Simulator, le moment est également arrivé pour le monde de WARHAMMER. Pouquoi? La plainte contenue dans leur propre place expliquez-nous bien:
"PETA a écrit à Kevin Rountree, PDG de Games Workshop, demandant à la principale marque de miniatures d'interdire les vêtements en fourrure de tous les personnages de Warhammer," continuant et concluant ", tout en appréciant le fait qu'ils soient faux, ils pourraient faire passer le message. porter des fourrures est acceptable quand, en 2017, ils ne trouvent plus de place comme ils ne le feraient pas dans 40.000 XNUMX "

La toute première question est: pourquoi? Pourquoi WARHAMMER, dans un environnement de jeu où "il n'y a que la guerre", où des millions d'innocents sont tués et / ou sacrifiés chaque jour, où la fourrure et l'éthique en général ne constituent pas vraiment le problème le plus grave. Je veux dire, ce n’est certainement pas leur faute si elles ne réfléchissent pas, malheureusement, le monde dans lequel vivent ces enfants est un peu "brutal" et ils doivent penser à autre chose ... Un peu comme les hommes primitifs, disons le. Voulant élargir le débat, nous pourrions citer un "bum" toujours présent qui déjà au 800ème siècle cela nous a rappelé: "Ce n'est pas la conscience des hommes qui détermine leur vie, mais les conditions de leur vie qui déterminent leur conscience."
Donc, je suis un joueur de jeu vidéo, une fois familiarisé avec l'état de leur vie, je comprendrais vraiment ce qui est bien et ce qui ne va pas dans MA CONDITION de la vie. Comprendre non seulement que la fourrure, va aussi bien dans le 40.000, ils ne vont pas aussi bien dans le 2017, ainsi que de sacrifier ou de désintégrer le crâne de certains malchanceux malchanceux ...

PETA

Cela dit, après avoir surmonté la parenthèse «blague-surréaliste», il est juste de dire quelques mots d'abord sur les actions, puis sur les intentions de PETA et des associations associées.
Des actions comme celles-ci sont simplement stupide sinon contre-productif. Je comprends parfaitement les difficultés à réaliser des instances «peu partagées» ou simplement négligées dans la société actuelle (nous rejoignons la chienne «800») mais ce ne sont pas les meilleurs systèmes. Ils ne sont pas au moment où il est prétendu donner un ton sérieux (comme dans le cas présent) à de telles demandes. Faites-le, c'est juste et cela pourrait vous apporter de la visibilité. Mais ne le laissez pas tomber de cette façon. Parce que, comme déjà mentionné, l'effet ne serait que contre-productif: face à un sérieux intransigeant (et insensé) vous serez étiqueté pour le contraire. Dans ces cas, je ne suis pas capable de vous prendre au sérieux.

Néanmoins, et ici nous allons aux intentions, partageons des idées de ce genre. Stim, sans réserves, qui peut être végétalien ou simplement végétarien, qui dans ce cas se bat pour les droits des êtres qu'ils ont déjà eu et qui pour l'ordre légal actuel ne le méritent pas. Quelle que soit l'éthique (SENSATA) dans l'ère actuelle, elle devrait être fortement encouragée ou de toute façon pas avant. Connaître la sensation transmise parêtre en minoritéDe ne pas être compris / partagé tout le chemin, de courir ainsi le risque de faire la cible des jugements plus ou moins résumé dans tous les cas par tout type de sujet (du à la plupart des vulgaires civile brutes / raisonnable), je suis presque désolé avoir à assister but contre son camp du genre, où la percolation est également pris pour le plus civil et raisonnable.

PETA

En conclusion: cette PETA (mais surtout le mouvement animal en général, étant PETA pas vraiment "propre") continue tes batailles sur des fronts vraiment utiles mais surtout RÉELS, mais qui laisse de côté des champs d'action qui ne risquent que de conduire à un flop de crédibilité et de contenu. Nous devrions tous, cependant, essayer d'être plus "ouverts" mais surtout, dans certains cas, moins de juges lorsque notre verdict est né de la chaise putride dont nous ne nous sommes jamais levés sauf pour avaler plus de Pepsi.