Steam et plus encore. Là Commission antitrust examine en effet les accords bilatéraux conclus entre Valve Corporation et cinq fabricants de vidéo PC, Namco Bandai, Capcom, Focus Home, Koch Media et ZeniMax.

Enfin, l'Union européenne se mobilise pour quelque chose d'utile: vaincre et condamner les putains de pratiques géo-blocage. Justement, ceux-là même qui nous empêchent d’acheter des clés de jeu au plus bas prix sur l’ensemble du marché (européen), comme celui de l’Est, par exemple, nous obligeant à acheter en fonction de notre position ou de notre pays de résidence.

Vous savez bien que les clés sont demandées d'abord comme preuve d'achat puis pour bloquer d'éventuels jeux piratés. La vérification s'effectue, bien entendu, via la célèbre plateforme de distribution Steam, qui est la raison de son implication dans leenquête.
Enquête qui se concentre sur le fait que les accords mentionnés ci-dessus nécessitent ou ont nécessité l'utilisation de clés d'activation particulières afin de mettre en œuvre le blocage géographique.

En substance: ils ont agité comme il lui a semblé s’assurer que chaque État (ou presque) dispose de sa propre clé "personnalisée" empêchant, par exemple, un Italien d’acheter en Pologne et inversement. Dommage que ce soit une violation des règles antitrust l'UE en réduisant la concurrence transfrontalière, ce qui a pour effet de limiter le "commerce parallèle" au sein du marché unique.

Que puis-je dire, j'espère sincèrement qu'ils prendront des mesures sérieuses: je veux aussi acheter des clés du Kazakhstan sur G2A à 0,99. <3