Le conglomérat chinois Tencent, propriétaire de nombreuses applications en Belgique et à l'étranger, traite avec le gouvernement américain de ne pas perdre leurs propres parts de Epic Games et Riot Games. 

Les négociations sont la conséquence de l'un des dernières mesures de l'administration Trump. Afin de s'assurer que les données des citoyens américains étaient en sécurité, l'ancien président avait contraint plusieurs applications à sous-traiter la gestion des données à des entreprises américaines. Parmi ceux-ci, le plus célèbre est certainement TikTok, mais il y avait aussi WeChat, propriété de Tencent.

En février, après le changement d'administration, les négociations pour vendre TikTok à Oracle se sont refroidies, mais le président Biden ne semble pas avoir l'intention d'adoucir son approche envers les investisseurs chinois.

Le Comité des investissements étrangers des États-Unis (CFIUS) a déclaré à Tencent qu'il pourrait avoir à vendre leurs parts dans Epic et Riot. La multinationale tente de négocier, mais si les parties ne parviennent pas à trouver un accord, la vente serait inévitable.

Les deux éditeurs de logiciels se sont défendus, essayant de se distancier de Tencent. Riot n'a pas fait de commentaire, affirmant être complètement indépendant du géant chinois. Epic a plutôt déclaré qu'il n'avait jamais partagé les données de ses utilisateurs avec des investisseurs.