Au cours des dernières semaines Activision Blizzard a remis à ses actionnaires un document que chaque société soumet annuellement à son conseil d'administration : le mot sur la rémunération. Son approbation est cruciale car elle représente le jugement global des investisseurs de la direction.

À première vue, les actionnaires d'Activision semblent très satisfaits des performances de l'entreprise. En effet, 96 % d'entre eux ont voté en faveur de la réélection de tous les gérants. Mais il y a un fait qui sonne une sonnette d'alarme familière. Seuls 54 % des actionnaires ont approuvé les salaires des échelons supérieurs de la société.

Celui sur la rémunération économique du management c'est une polémique de longue date au sein d'Activision. Même l'année dernière, cette partie particulière du vote sur la rémunération a reçu une faible majorité, seulement 57 %.

Le mécontentement révélé par ce vote a ensuite conduit à une baisse drastique du salaire des Bobby Kotick, directeur général d'Activision, qui a vu son salaire baisser de 50 %. La mesure ne semble toutefois pas avoir suffi à calmer les esprits au sein du conseil d'administration. Diriger la faction des critiques est là le fonds d'investissement CtW. 

Activision Blizzard fortement critiqué pour le salaire exagéré de Bobby Kotick Eurogamer.net
Bobby Kotick, PDG d'Activision Blizzard

Michael Varner, gérant du fonds qui avait déjà défini le réduction de salaire de Kotick comme une simple fumée et des miroirs, Activision a de nouveau exhorté:

«Nous nous attendons à ce qu'Activision apporte de nouveaux changements en réponse au vote de 46% de ses actionnaires, qui ont exprimé leur mécontentement. Ils ne peuvent pas se reposer sur leurs lauriers juste à cause des changements apportés au salaire de M. Kotick. De plus, c'est la sixième fois en huit ans que say on pay reçoit moins de 70 % des votes favorables, et 2021 a marqué le chiffre le plus bas jamais enregistré dans l'histoire de l'entreprise. »

Il peut sembler que les affirmations de CtW soient exagérées, mais en réalité elles ont un fondement tel que révélé par le Financial Times. Baisse de salaire de Kotick il s'agit en fait d'une refonte du mode de rémunération du directeur général.

En effet, seule la partie fixe de son salaire a été réduite de moitié, tandis que la partie liée aux objectifs de l'entreprise prenait plus d'importance. Kotick, malgré "seulement" des gains un peu moins de 900.000 € année fixe, aurait enregistré le revenu total pour plus de 155 millions toujours issu de son activité de PDG d'Activision.

Il est clair que de nombreux investisseurs d'Activision Blizzard ne sont pas d'accord avec ces chiffres, même compte tenu du moment infructueux que l'entreprise passe en raison de la pandémie. Si les tendances observées ces dernières années se poursuivent, en 2022, disons sur les salaires risque de ne pas être approuvé.