Le genre jeu vidéo des MMORPG m'a pratiquement toujours accompagné. A bien y penser, c'est grâce à eux (ou à cause d'eux, selon votre point de vue) que j'ai eu mon premier PC "gaming". C'était en 2015 et je regardais une émission sur Sky, sur une chaîne qui était quelque chose comme 814, bref, vous savez toutes ces différentes chaînes régionales qui ont été jetées de 800 à 900 ? Ici, il y avait une chaîne qui traitait des jeux vidéo, dont je ne me souviens pas du tout du nom - en effet je vous invite à m'écrire si peut-être vous avez des informations là-dessus - et tous les jours, vers 16 heures, il y avait une sorte de news dans lequel les deux chefs d'orchestre parlaient de divers jeux vidéo.

C'est à ce moment là que j'ai découvert Guild Wars et j'ai tout de suite accroché, je ne sais pas quoi, peut-être les effets, le décor, « le luuuuuuci », mais j'en suis immédiatement tombé amoureux tellement que j'ai tellement cassé et j'ai eu un PC qui pouvait le faire tourner. J'avais déjà joué à quelques autres jeux en ligne, principalement caché et dangereux 2, mais jamais quelque chose comme un MMORPG. J'avais une vague connaissance de World of Warcraft mais "vous payez pour jouer" et donc nisba. Mais Guild Wars, vous venez d'acheter ça, vous avez terminé. Et à partir de ce moment-là, ce fut une émeute de titres différents qui étaient rarement mes « jeux principaux ». Oui bref, je n'ai jamais été accro au genre, et il est inutile de le cacher, ce risque existe, il existe et n'importe qui peut encore y tomber aujourd'hui. Après des années passées à jouer à Guild Wars et à ses extensions, j'ai aussi joué metinxnumx, Ultima en ligne, DC Universe Online, Dofus, Noir Désert en ligne, Guild Wars 2, Lineage 2, Le Seigneur des Anneaux Online, Runescape, Phantasy Star Online 2, Star Wars La vieille république, TERA et j'en ai probablement oublié (je ne parle pas du Nouveau Monde juste parce que j'ai honte d'y perdre du temps).

Ces derniers temps, j'ai enfin approché la trinité sacrée avec WoW, auquel je dois dire que j'ai joué peu de temps de toute façon. j'ai commencé avec Warlords de Draenor et fini avec Bataille pour Azeroth, essentiellement trois extensions. Peu de temps après, j'ai commencé à jouer Elder Scrolls Online, que je continue parfois à commencer encore aujourd'hui et enfin Final Fantasy XIV. Je ne connaissais absolument rien au titre, je me suis limité à regarder quelques combats de boss et à écouter quelques thèmes musicaux pour me convaincre et donc, il y a environ quatre ans, j'achète la dernière extension sortie et commence mon voyage au pays de Eorzea et en quoi, avec tout le respect que je dois aux fans purs et durs, il est parmi les meilleurs Final Fantasy jamais réalisés.

La structure du jeu, à ce jour, se compose du jeu de base, Un royaume renaît, publié après la catastrophe 1.0, plus quatre extensions : Heavensward, Stormblood, Shadowbringer et le dernier Endwalker. L'histoire se déroule au fil de tous ces contenus, garantissant une longévité extrême. Nous parlons de centaines et de centaines d'heures de contenu, et dépasser un millier d'heures en se perdant dans la phase finale et le contenu "collatéral" tel que le glamour et le logement est très facile, mais nous en reparlerons plus tard. L'examen arrive relativement tard en raison des problèmes qui affligent le jeu en ce moment. Fondamentalement, est trop réussi. Cela a conduit à un afflux énorme de joueurs, au-delà des attentes, et en raison de la crise des semi-conducteurs, Square a d'énormes problèmes pour trouver des serveurs pour permettre aux gens d'entrer. Cela se traduit par des files d'attente pouvant atteindre jusqu'à 4 heures d'attente. Considérez que pour y jouer, je dois demander à ma copine à la maison de faire la queue à 18h pour que je puisse commencer à jouer après avoir fini de travailler, vers 20h30. 21 jours de jeu gratuit ont déjà été offerts et j'espère que la situation sera bientôt résolue même si cela semble plutôt improbable.

L'intrigue voit nos personnages comme des protagonistes, je guerrier de la lumière, mêlé à la bataille entre Hydaelyn et Zodiark, deux divinités opposées représentant la lumière et les ténèbres et dont nous sommes les hérauts de la première tandis que de l'autre se trouvent les Ascien et l'empire de Garlemand. Mais dire que ce qui est écrit ici "gratte la surface" de tout ce qui est raconté dans le jeu serait extrêmement réducteur. Si dans Un royaume renaît nous sommes en effet déterminés à vaincre le Primordiaux invoqué par les tribus présentes sur Éorzéa afin d'obtenir le pouvoir nécessaire pour affronter Zodiaque et, en attendant, contenir les objectifs de conquête de l'Empire, et de son arme mortelle magitek, Arme Ultimaen Vers le ciel changez tout. On passe en effet à isgard, un lieu en guerre contre les dragons depuis des années et qui voit l'introduction d'une série de nouveaux personnages, dont le Dragon Estinien. Il s'avère que, encore une fois, les Asciens ont contribué à faire revivre le conflit entre les humains et les dragons après une paix faite entre les deux races, et ce sera à nous de rétablir l'équilibre. Sang-de-tempête il se concentre plutôt sur un scénario plus politique et la libération de Ala Mighotandis que Les ombres présente un renversement total des rôles de notre personnage, déplacé vers un monde parallèle au principal dans lequel la lumière a tout gagné et inondé. En fait, la lumière et les ténèbres ne sont pas synonymes du bien et du mal, mais sont deux forces qui doivent rester en équilibre pour garantir que la vie puisse continuer.

Parler de toute l'histoire du jeu en profondeur est pratiquement impossible. Ses origines remontent à des périodes antérieures au début du jeu, la quantité de connaissances écrites est immense, et au cas où vous souhaiteriez apprendre, je vous invite à lire les idées faites par SeBH, vraiment parfait, ou bien sa série de vidéos sur YouTube, ou vous pouvez jeter un oeil à la Wiki. Si, par contre, vous voulez en savoir plus sur ce qu'était Final Fantasy XIV 1.0, son effondrement, sa fermeture parfaite et splendide et le début de A Realm Reborn, jetez un œil au documentaire de noclip proposé précédemment, complété par des entretiens avec des développeurs et des producteurs, et la série de Réseau d'enceintes.

Et ainsi, après un long moment, il arrive Endwalker, qui, comme déjà dit, ferme ce cycle et, en même temps, en commence aussi un nouveau. L'extension, contrairement aux précédentes, prend vie immédiatement, avec une série de quêtes, les unes plus tendues les unes que les autres et qui culminent pratiquement au milieu, un moment où se produit un fait extrêmement important et où une série d'informations qui , comme cela s'est produit dans le passé, conduit à des questions inévitables sur ce que nous avons fait et la vraie nature de nos actions. Du milieu il y a un léger ralentissement de la texture qui reprend ensuite à la fin mais l'épicité reste toujours à des niveaux très élevés, et à chaque instant où un dialogue semble déplacé, l'un des autres membres du groupe intervient toujours, prêt à vous rappeler un événement ou un autre dialogue qui a eu lieu peut-être dans A Realm Reborn et qu'il est parfaitement connecté aux actions qui se déroulent à ce moment-là, signe que l'histoire telle qu'elle est était déjà présente et bien définie dans l'esprit des scénaristes.

Le drame ne manque jamais et les sujets abordés sont extrêmement matures et lourds pour la marque. La mort avait déjà été traitée dans les extensions précédentes, aucun personnage n'a jamais été relativement "sûr" mais dans ce cas l'apocalypse vient directement, et n'épargne personne. Notre Guerrier de la Lumière, à un moment donné, se retrouve pratiquement désarmé et débordé face à ce qui arrive, l'inéluctabilité des événements mais, comme toujours, l'espoir est le dernier à mourir.

Les nouveaux donjons d'Endwalker sont bien faits et, enfin, ils défient également les joueurs en présentant un niveau de difficulté légèrement supérieur à la moyenne. Ne parlons pas des épreuves, je crois que la première en mode Extrême est l'une des plus complexes du jeu et demande des jours et des jours d'essais pour être terminée. Il n'y a toujours pas de mot sur les raids étant donné que le premier arrivera le 21 décembre. La musique, faite par Masayoshi Soken, ils parviennent toujours à bien restituer l'atmosphère, passant de compositions poignantes pour violon et piano à des morceaux rock et rythmiques pour les batailles ou des chœurs pour les sections les plus évocatrices. Le finale boucle un cercle parfait et en dessine en même temps un nouveau. En fait, Endwalker n'est pas la dernière extension du titre mais la fin d'un cycle narratif, qui en même temps en ouvre une nouvelle. Avec les prochains patchs, de nouveaux contenus arriveront évidemment, notamment des raids, des donjons et une section, qui est personnellement celle que j'attends le plus, « vers la Stardew Valley » dont on ne sait pas encore grand-chose. Recommencer sera certes difficile mais il existe déjà d'excellentes bases et idées narratives, il suffit de comprendre sur quoi les scénaristes vont se concentrer à l'avenir.