Le développeur de Origines soniques, Simon Thomley, attaqué Sega après le lancement plutôt malheureux du collection de remasters.

Thomley, qui est le fondateur de Headcannon, le studio de co-développement de Sonic Origins, diffusé sur Twitter, affirmant que Sega a introduit des "bugs sauvages" dans le jeu sorti hier 23 juin.

"C'est frustrant. Je ne vais pas mentir en disant qu'il n'y avait aucun problème avec ce que nous avons donné à Sega, mais ce qu'il y a dans Origins n'est pas non plus ce que nous avons livré. L'intégration a introduit quelques bogues sauvages que la logique conventionnelle voudrait nous faire croire comme étant de notre responsabilité - beaucoup d'entre eux ne le sont pas."

Headcannon a déjà travaillé avec Sega sur le bien reçu Sonic Mania en 2017 et a collaboré avec le dernier titre remasterisé. Sonic 3 et Knuckles. Cependant, Thomley affirme maintenant que lui et son équipe ont essentiellement travaillé sur "Un projet à part qui s'est ensuite organisé en quelque chose de complètement différent".

«Nous savions qu'il y aurait un gros problème et nous avons travaillé dur pour que cela puisse être fait et publié. Une fois de plus, je peux assumer la responsabilité de mes erreurs et de celles de mon équipe, et il y en a eu. Quelques erreurs réelles, certaines oubliées, des travaux urgents, des choses que nous avons remarquées mais que nous n'avons pas été autorisés à corriger vers la fin. Ce n'est pas absolument parfait et une partie vient de nous. C'est compliqué."

Essentiellement, Thomley déclare que lui et son équipe ne sont pas satisfaits de l'état du jeu en raison des nombreux bugs et problèmes affectant la collection.

«Je suis extrêmement fier de mon équipe pour ses performances sous une telle pression, mais chacun de nous est très mécontent du statut d'Origins et même de Sonic 3. Nous n'étions pas non plus trop enthousiasmés par son statut de pré-soumission, mais beaucoup était au-delà de notre contrôle. Nous avons demandé d'apporter des corrections majeures près de la soumission, mais nous n'avons pas été autorisés en raison des règles de soumission et d'approbation. Nous avons posé des questions sur les reports, mais on nous a dit qu'ils n'étaient pas possibles. Nous avons proposé de revenir pour des correctifs et des mises à jour après la publication - nous ne savons pas encore ce que nous devons faire."

Bref, une situation chaotique dans laquelle l'auteur avoue ses fautes mais ne se ménage pas face à l'éditeur, coupable d'une mauvaise gestion du temps. Nous espérons que la situation pourra être résolue rapidement.